Lien à la page d'accueil pour le site de la Semaine canadienne de la démocratie

Semaine canadienne de la démocratie

 

Gagnants du Défi 2014

En 2014, un nombre record de Canadiens, âgés de 14 à 17 ans, ont pris part au Défi national pour la démocratie! Les élèves, de partout à travers le pays, ont soumis des vidéos, des images et des textes portant sur le thème « Montrez-nous pourquoi les Canadiens devraient voter ». Ces créations ont par la suite été évaluées par notre jury qui a été fort impressionné par la qualité et la diversité des œuvres. C'est donc avec grand plaisir que nous dévoilons les noms des gagnants de cette édition du Défi.

Mille mercis à notre formidable jury : Rick Mercer, l'un des plus grands satiristes politiques au Canada, Rosanna Tomiuk, médaillée d'argent aux Jeux du Commonwealth et aux Jeux panaméricains, et Eva Avila, gagnante de l'émission Canadian Idol.



Vidéo

1re position

La gagnante est Cathryn Plaxton, 16 ans, de Mississauga, en Ontario. Elle a combiné la narration et l'humour pour transmettre un message personnel et efficace. Mlle Plaxton remporte un voyage d'éducation civique de six jours à Ottawa, en avril 2015, pour participer à la semaine thématique « Politique canadienne » organisée par Rencontres du Canada.

Sa création : Votez – C'est important!

Votez – C'est important!

2e position

Marie-Claire Barasubiye, 15 ans, d'Ottawa (Ontario), a remporté un iPad de 32 Go d'Apple avec Smart Cover pour sa création :

Pourquoi les Canadiens devraient-ils voter? (version originale en anglais)

Pourquoi les Canadiens devraient-ils voter?

3e position

Elijah Dominic MacDonald, 15 ans, d'Ottawa (Ontario), a remporté une carte-cadeau Best Buy de 200 $ pour sa création :

Le top 5 des raisons pour lesquelles vous devriez voter (version originale en anglais)

Le top 5 des raisons pour lesquelles vous devriez voter

Image

1re position

Le gagnant est Matthew Pieper, 15 ans, de Mississauga, en Ontario. Il a décidé de partager ses réflexions sur la démocratie au moyen d'une bande dessinée de type Bitstrips, qui a l'avantage d'intégrer du contenu visuel et textuel. M. Pieper a remporté un iPhone de 32 Go d'Apple.

Sa création : Pourquoi vous devriez voter (version originale en anglais)

Pourquoi vous devriez voter

Description de l'image "Pourquoi vous devriez voter"

2e position

Emilia Lilek, 16 ans, de Waterloo (Ontario), a remporté une caméra GoPro HERO3 + Black Edition de GoPro résistante à l'eau pour sa création :

Faites entendre votre voix (version originale en anglais)

Faites entendre votre voix

Description de l'image "Faites entendre votre voix"

3e position

Kelly Liu, 17 ans, de Burnaby (Colombie-Britannique), a remporté une carte-cadeau Best Buy de 200 $ pour sa création :

Le sentier... (version originale en anglais)

Le sentier...

Description de l'image "Le sentier..."

Écriture

1re position

La gagnante est Harriet Smith, 14 ans, d'Okotoks, en Alberta. Mlle Smith a expliqué que le Canada pourrait servir d'exemple à d'autres pays, en leur montrant que les gens n'ont pas besoin d'une loi pour les forcer à voter : ils doivent simplement se soucier de ce qui se passe dans leur pays. Mlle Smith a remporté un ordinateur portable MacBook Air de 11 po et 128 Go.

Sa création : Dans une cage (version originale en anglais)

Vous êtes-vous déjà arrêté pour penser à ce que vit un oiseau en cage? Il ne peut ni décider ce qu'il mange, ni où il vit, en plus de ne jamais pouvoir découvrir jusqu'à quelle hauteur il pourrait voler. L'oiseau ne décide même pas à qui il appartiendra. Il n'a pas d'autre choix que de se plier à ce que son propriétaire décide pour lui et de tenter d'en tirer parti. Certains pourraient dire que cela n'importe guère, puisqu'il ne s'agit que d'un oiseau, mais il se trouve que bien des gens un peu partout dans le monde sont en réalité des oiseaux en cage. Beaucoup de gens n'ont aucun contrôle sur qui les gouverne, et ne peuvent que vivre dans l'espoir que leur dirigeant soit bienveillant, car ils sont à la merci de celui ou celle à qui ils appartiennent.

Au Canada, nous avons la chance de ne pas nous trouver dans cette situation. Nous ne sommes pas des oiseaux en cage, mais plutôt une volée de moineaux qui décident ensemble où ils vont. Une étude du biologiste évolutionniste Iain Couzin montre que les groupes d'oiseaux votent pour décider de la direction qu'ils vont prendre. Nous, les Canadiens, ressemblons fortement à une volée d'oiseaux, puisque nous avons tous un mot à dire par rapport à notre avenir.

Bon nombre de Canadiens ne tirent pas parti de ce droit et ne vont pas voter. En ne profitant pas de notre droit de vote, c'est comme si nous insultions tous les pays qui ne possèdent pas ce droit. Nous sommes comme un oiseau qui a fait son nid dans un arbre juste à côté de sa cage, mais qui ne prend pas la peine de quitter son nid. Comme l'oiseau, nous n'utilisons pas notre liberté pour explorer et nous envoler, nous préférons plutôt nous plaindre du présent alors que nous n'utilisons pas notre droit d'influencer l'avenir. Est-ce juste pour tous les oiseaux en cage? Nous avons la possibilité de changer les choses, parce que si une mauvaise décision est prise, cela n'a pas des conséquences seulement sur une personne ou un pays, mais cela pourrait aussi en avoir sur le monde.

Dans le monde, le Canada est connu comme le pays qui est poli et juste, mais ce que nous faisons avec notre système démocratique, en faisant de moins en moins usage de notre droit de vote, ternit cette image. En tant que pays, nous avons la chance de servir d'exemple aux autres pays, en montrant qu'il n'est pas nécessaire d'avoir une loi pour inciter les gens à voter, qu'il faut simplement faire en sorte que les gens s'intéressent à ce qui se passe dans leur pays. Si nous décidons d'adopter une loi pour obliger les gens à aller voter, cela deviendra une responsabilité plutôt qu'un droit, et cela perdra tout son sens. Un vote obligatoire pour tous pourrait vouloir dire que la décision serait une image plus juste de ce que le pays désire. Toutefois, si on les forçait à voter, peut-être que certaines personnes feraient un choix au hasard seulement pour s'acquitter de leur obligation de voter. Et la démocratie, ce n'est pas ça.

Comme la démocratie a toujours consisté à laisser les gens décider de ce qu'ils voulaient pour leur pays, nous ne pouvons pas obliger les gens à voter, parce que le fondement même du système démocratique est la liberté. Toutefois, est-il juste d'avoir ce droit et de ne pas en profiter? Si nous informions les Canadiens des différences entre notre système démocratique et celui des autres pays qui vivent sous le régime de la dictature, de nombreux Canadiens comprendraient que, comme nation, nous faisons preuve d'égoïsme et nous ne respectons pas le droit de vote. Personne ne veut se retrouver en cage et privé de droits, mais le fait de ne pas être en cage ne signifie pas pour autant que nous sommes tous libres.

2e prix

Amina Mecheri, 16 ans, de Montréal (Québec), a remporté un Kobo Arc 10HD et une carte-cadeau Indigo de 100 $ pour sa création :

L'érable de la démocratie

Dans la vaste forêt politique, au milieu des ronces idéologiques, au cœur de celle-ci, il y avait un petit érable. Le frêle petit érable était fragile et avait encore de la difficulté à rester droit lors des nuits venteuses. Les feuilles symétriques, d'une précision inégalée, en pleine croissance, recherchaient encore la lumière dans cette forêt peuplée.

La démocratie ne peut fleurir d'elle-même. Elle nécessite un dévouement complet et une attention particulière. Chaque jour, tel l'érable, il faut l'arroser, pour étancher sa soif de justice et d'équité. Il existe une infinité de manières de l'entretenir. Manifester, crier, écouter, partager, écrire, critiquer, voter : des verbes qu'on utilise tous les jours, mais qu'on oublie parfois d'appliquer pour entretenir notre démocratie. La démocratie n'est pas toujours évidente : pourquoi manifester? Comment voter? Pour qui voter? Suffit-il de voter? Pour faire des choix éclairés, les citoyens ont pour devoir de s'éduquer, lire, écouter et comprendre.

Toutefois, ces objectifs ne sauraient être atteints sans une presse libre et objective qui saurait nous guider dans notre cheminement intellectuel. La pluralité des opinions ainsi que l'indépendance de la presse sont essentielles à la liberté d'opinion. Les journalistes sont les gardiens de notre démocratie. Voter ne suffit plus. Il faut s'engager : commencer par les réunions de classe et poursuivre avec les assemblées générales, les syndicats, jusqu'au Parlement. Le petit président de classe est devenu premier ministre et ses idées font maintenant le tour du globe.

De par sa position extraordinaire de pays démocratique qui respecte l'égalité entre les hommes et les femmes, le Canada doit donner exemple et chapeauter les pays tels que l'Afghanistan et l'Irak. Ces pays se battent encore pour la démocratie. Faire une levée de fonds, envoyer des lettres d'encouragements à des prisonniers politiques ou écrire un article dans son journal étudiant sont tous des exemples de participation citoyenne qui permette à la démocratie de prolonger ses beaux jours. L'érable a depuis peu arrêté de s'inquiéter pour enfin retrouver ses couleurs : le numérique a remplacé le papier. Lors du printemps arabe, l'Égypte et la Tunisie ont démontré au reste de la planète la force des réseaux sociaux. Sans eux, ces pays n'auraient peut-être jamais eu une véritable chance à la démocratie. Facebook, Twitter et Tumblr sont des outils incroyables avec une portée incomparable. Ils doivent être utilisés de façon responsable et sont en voie de devenir un véritable atout pour la démocratie moderne.

L'érable détache ses samares, déploie ses feuilles sur le sol, le journaliste, l'étudiant et le médecin se sont rassemblés autour d'un billet électronique et laissent leurs mots flotter dans la toile. Un murmure, un souffle, le tourbillon s'est transformé en tornade. Ce qui n'était d'abord qu'une simple ligne, une conversation entre nouveaux arrivants, de simples immigrants qu'ils disaient, s'est transformée en articles de journaux, en dépliants, en textes de loi pour finalement aboutir à la constitution canadienne.

Notre démocratie ne doit pas être tenue pour acquise. Nous devons faire un effort constant pour la maintenir. Grâce aux réseaux sociaux, l'information n'a jamais été aussi accessible qu'aujourd'hui. C'est à notre tour de prendre ces données, de les partager, les critiquer, les illustrer et les discuter. En voyant l'érable adulte, imposant et majestueux, il peut être parfois difficile de croire que ce géant, cette institution exemplaire qu'est la démocratie ne fut un jour qu'une simple graine, une idée. L'érable est un véritable symbole du patrimoine canadien, un pilier de notre démocratie et de notre identité canadienne et c'est à notre tour de faire en sorte qu'il reste fort et solide.

3e position

Natasha Lévesque-Wong, 15 ans, de Mississauga (Ontario), a remporté une carte-cadeau Best Buy de 200 $ pour sa création :

Un vote, une voix, la démocratie

Le droit de vote est à la base de la démocratie moderne. C'est donner son consentement à être gouverné. C'est l'essence même de la démocratie occidentale et donc, du Canada. Pourtant, ce ne sont pas tous les citoyens qui votent.

Le vote est nécessaire, car il s'agit d'une des façons parmi lesquelles on donne la voix aux Canadiens. Il devient donc un instrument puissant de liberté dans les régimes démocratiques. En 2011, le taux de participation électorale au Canada a connu encore une fois une baisse. Est-ce un phénomène inquiétant en soi parce que seule la volonté de quelques-uns s'est appliquée à tous? Ou est-ce que cette abstention cache un tout autre mal sociétal? Voilà ce qui amène à la question suivante : les Canadiens devraient-ils voter?

Quand on vote, on contribue à la sélection du gouvernement qui mènera le pays pendant les prochaines années, et qui pourra amener des changements positifs pour le futur. Ensuite, voter pour un gouvernement c'est le pouvoir de choisir qui aura le droit d'augmenter les taxes, de dépenser l'argent du pays et de parler au nom du Canada sur la scène internationale. Le nombre de votes donne de la légitimité au gouvernement. C'est une manière de faire passer clairement et puissamment un message au gouvernement. Plus les gens votent, plus le message est fort et entendu auprès des représentants du pays. De plus, le droit de vote est une façon d'exposer l'égalité de tous, surtout au Canada.

Ici, le droit de vote est universel et donc, tout le monde y a droit. Peu importe l'éducation d'une personne, son origine, son sexe ou son salaire, le vote a le même poids pour tous (1 personne = 1 vote). Celui qui vote devient un citoyen actif, prenant position sur les changements qui vont affecter sa vie. Le vote est un moyen efficace pour que les Canadiens s'expriment. C'est pour le respect et la conservation de la démocratie que les Canadiens votent et doivent voter. Le droit de vote est une façon de montrer aux autres pays menés par un dictateur que le Canada est un pays libre et démocratique.

Comme mentionné plus tôt, la participation électorale du 2 mai 2011 a été très basse. Le fait de ne pas voter influence la démocratie canadienne, car c'est le gouvernement qui prend toutes les décisions politiques sans le consentement de TOUS les citoyens. De plus, lorsque la participation électorale diminue, les autres citoyens commencent à se sentir de moins en moins concernés et arrêtent de voter à leur tour. Ensuite, c'est comme un engrenage : on ne vote pas parce que ça ne change rien, mais rien ne change parce qu'on ne vote pas. Ce qui peut amener la société à se demander pourquoi les gens ne votent pas.

Tout d'abord, dès l'âge de 18 ans, les Canadiens ont le droit de voter. Plusieurs jeunes exercent ce droit fièrement lorsqu'ils atteignent l'âge de la majorité. Cependant, lors des élections fédérales du 2 mai 2011, seulement 38,8 % des jeunes de 18 à 24 ans du Canada ont été des citoyens responsables et ont pris le temps d'aller voter. On parle ici des futurs travailleurs et dirigeants du pays. Il est donc nécessaire qu'ils comprennent l'importance de voter dans un pays démocratique comme le Canada. S'ils ne votent pas lorsqu'ils sont jeunes, les études démontrent qu'ils ne voteront pas en vieillissant. Alors, on entendrait seulement la voix de ceux qui ont voté et non celle de tout le peuple. On peut présumer que les Canadiens à la retraite ont sans doute plus de temps libre, et peuvent donc prendre de ce temps pour aller voter.

En plus, il y a un facteur de génération. À l'époque de nos grands-parents, le vote était perçu comme ayant plus de valeur qu'aujourd'hui. Si les gens à la retraite ont assez de temps libre pour aller faire leur devoir de citoyen et voter, pourquoi y a-t-il seulement 69,3 % d'entre eux qui l'ont fait aux élections de 2011? Les bureaux électoraux étaient-ils facilement accessibles pour tous? Si cette hypothèse pouvait expliquer le faible taux de participation chez les retraités, le gouvernement, connaissant l'importance du vote, serait-il prêt à ouvrir des bureaux électoraux mobiles pour se rendre chez les gens qui n'ont pas la possibilité de se déplacer? Contrairement à leurs aînés, les adultes travailleurs, eux, ont beaucoup moins de temps libre. On peut donc déduire que la population dans la force de l'âge ne prend pas toujours le temps de voter même si elle en a la possibilité. Seulement 57,4 % d'entre eux ont voté et ont exercé leur droit en faisant leur devoir de citoyen du Canada aux dernières élections. Pourquoi les 42,6 % des adultes canadiens restant ne comprennent-ils pas encore l'importance de voter au Canada? Comment se fait-il que le gouvernement n'arrive pas encore à leur faire comprendre la responsabilité qu'ils ont envers leur pays? Est-ce que c'est possible que leur absentéisme soit un message politique? Dans ce cas, est-ce que ces citoyens trouvent une autre façon de se faire entendre ou sont-ils simplement désintéressés? Bien que le droit de vote soit un élément fondamental de la démocratie canadienne moderne, il n'est pas, et ne doit pas, être le seul outil d'expression des citoyens.

Finalement, voter est une des façons de faire comprendre aux élus qu'ils sont imputables par rapport à leur travail et à leurs responsabilités. Les électeurs ont souvent la mémoire courte, mais il reste que le droit de sanctionner un élu sortant lors des élections revient aux électeurs. C'est leur manière de laisser savoir ce qu'ils veulent et ce à quoi ils s'attendent durant les années suivantes. Le vote est non seulement un droit, non seulement la voix, mais c'est aussi l'outil, un outil efficace donnant la liberté aux Canadiens. Si l'on recommence tous à voter aux élections fédérales, provinciales et municipales, le futur du Canada sera plus prometteur puisqu'il sera à l'image de l'ensemble des citoyens.

Défi école

École gagnante du prix du Défi école

L'école secondaire Laurier MacDonald remporte le prix du Défi école!

Trente-sept élèves de l'école secondaire Laurier MacDonald à St-Léonard, au Québec, ont soumis des créations admissibles au Défi national pour la démocratie 2014. Comme cette école comptait le plus grand nombre de participants, elle a remporté le prix du Défi école de cette année!

Prix du Défi école

Le prix du Défi école est remis à l'école comptant le plus grand nombre de participants. Cette année, un élève de l'école secondaire Laurier MacDonald reçu une bourse pour participer à une session du Forum pour jeunes Canadiens à Ottawa à la fin de février ou en mars. Cette bourse couvre le prix des billets d'avion, l'hébergement et toutes les activités de ce programme d'une semaine.

Forum pour jeunes Canadiens

Élections Canada est fier de s'associer au Forum pour offrir le prix du Défi école de cette année. Depuis 38 ans, le Forum fait vivre à des élèves du secondaire et du cégep de partout au Canada une expérience inoubliable d'une semaine au cœur de la capitale du Canada. Les jeunes participants découvrent les coulisses de la politique et des affaires publiques du pays et apprennent les rouages du processus de prise de décisions à l'échelle nationale. Dans un format très axé sur l'expérience, les participants « ont l'occasion d'en apprendre davantage sur la gouvernance, la démocratie et la citoyenneté, de rencontrer des personnalités de la sphère publique canadienne et de rencontrer d'autres jeunes dont les intérêts s'apparentent aux leurs » (forum.ca).

Félicitations!

Voir les détails du Défi
Lien à Élections Canada